Candidatures Prix Littéraire 2016-2017

23 avril 2016


L'appel à projet du Conseil Régional pour les candidatures du Prix 2016-2017 est téléchargeable juste ICI depuis hier. Pour rappel, il s'adresse à tous les lycées et CFA de Provence-Alpes-Côte d'Azur ! Attention, la date limite de dépôt des candidatures est le 06 juin 2016. Une notice explicative Procédure d'inscription aux dispositifs éducatifs est à votre disposition pour vous aider à remplir votre demande en ligne juste ICI.
Tags : vidéo, rencontre, remise de prix, presse, photos, numérique, librairie, lecture, Inside, film, écriture, exposition, bibliothèque, Avis, auteurs, ateliers

Portrait chinois de Georgia Makhlouf...

23 avril 2016


Résumé des épisodes précédents... Lors de sa venue au lycée René Char, Georgia Makhlouf a parlé de son goût pour l’Oulipo aux élèves de 1ES3-L2... Pour la remercier, Iman, Manal, Lorenzo et Mattia lui ont concocté quelques surprises dans l’esprit de Queneau et de ses comparses…

Si Georgia Makhlouf était un objet, elle serait une plume.
Si Georgia Makhlouf était une saison, elle serait l’automne.
Si Georgia Makhlouf était un plat, elle serait un falafel.
Si Georgia Makhlouf était un animal, elle serait une colombe.
Si Georgia Makhlouf était une couleur, elle serait le rouge.
Si Georgia Makhlouf était un roman, elle serait Le Rouge et le noir de Stendhal.
Si Georgia Makhlouf était un personnage de fiction, elle serait Antigone.
Si Georgia Makhlouf était un lieu, elle serait Beyrouth.
Si Georgia Makhlouf était une musique, elle serait le Jazz.
Si Georgia Makhlouf était un fruit, elle serait une papaye.
Si Georgia Makhlouf était une planète, elle serait Vénus.


Si les Absents étaient
une chanson, ils seraient Imagine (de John Lennon).
Si les Absents étaient une légende, ils seraient l’Iliade.
Si les Absents étaient un film, ils seraient La vie est belle.
Si les Absents étaient une devise, ils seraient "Liberté, Égalité, Fraternité"
Si les Absents étaient un oiseau, ils seraient un aigle.
Si les Absents étaient un élément, ils seraient le feu.
Si les Absents étaient un végétal, ils seraient un arbre.
Si les Absents étaient un bruit, ils seraient un cri.
Si les Absents étaient un climat, ils seraient le froid.
Si les Absents étaient un loisir, ils seraient les échecs.
Si les Absents étaient un adverbe de temps, ils seraient lentement.
Tags : rencontre, lecture, écriture, auteurs
les auteurs | Posté par Christele et Isabelle

Morgane et Naïma dans la peau de l'ours...

20 avril 2016


La peau de l’ours raconte l’histoire d’un métisse, d’une humaine et d‘un ours... Le récit est à la fois original et rythmé ! Le livre entier est une biographie de l’ours. On le décrit comme étant attachant par sa passivité, et mystérieux avec ses décisions dont on ne connait pas vraiment l’origine... L’atmosphère est captivante, et procure des émotions contraires : une peur de l'ours, mais aussi une empathie et une certaine admiration. La peau de l’ours nous offre ainsi une vision du monde qui nous fait à la fois réfléchir à la condition animale mais aussi aux relations entre les humains et les animaux. Le style d’écriture est percutant et donne corps au roman. Un livre qui permet de s’évader en plongeant dans la peau d’une bête...

Pour finir, ce qui fait que cette lecture est touchante, c'est à la fois la facilité à s'immerger dans l'histoire, et sa thématique - tellement d'actualité aujourd'hui - la défense de la cause animale... Pour nous, ce livre mérite vraiment votre vote. Morgane et Naïma du Lycée Coudon.
Tags : écriture, Avis
pour ou contre | Posté par martine

Piero Macola et Alain Bujak à Luynes

14 avril 2016


Mercredi 2 Mars 12:00, Alain Bujak, Piero Macola et Maxime Arnaud arrivent devant l'établissement pénitentiaire d'Aix en Provence. Après un rapide repas au mess de l'établissement, quelques conseils et consignes pour entrer à l'établissement, non sans une certaine inquiétude, nous voilà au coeur d'une prison. Premiers contact avec les 6 participants.


D'emblée les remarques arrivent et les questions aussi. Une seule personne du groupe n'a pas lu la BD. La période contemporaine liée à cette histoire intéressent les participants. Le grand-père d'un des lecteurs a été tirailleur. Quelle est l'origine de cette histoire ? Comment travaille ce duo d'auteurs ? Avez-vous des nouvelles d'Abdesslem ? Des questions et des remarques sur la temporalité de la BD, l'angle intimiste choisi dans ces périodes de guerre, les détails réalistes, le rythme de l'histoire. L'atmosphère se détend peu à peu, des rires fusent. Nous ne sommes plus en prison mais suivons la vie du Tirailleur. Une image est évoquée, forte, l'attente derrière la porte au foyer n'est pas si éloignée de cela que celle d'un détenu qui attend l'ouverture de la porte de sa cellule pour rencontrer les auteurs venus à eux. Piero Macola nous montre ses croquis, les essais qui préexistent à la BD finale. Alain Bujak sort son album de photos.

16:00, c'est déjà la fin de la rencontre. Le temps paradoxal est passé trop vite... A. retardataire montre avec fierté les dessins qu'il a réalisé pour le Prix Littéraire. Piero et Alain regardent ces productions avec attention. Les grilles se referment sur ceux qui vont rester tandis que nous rejoignons la voiture, emportant avec nous les bruits des portes, la rumeur des conversations, les cris qui fusent dans cet univers de béton. Rencontre réciproque dans l'échange des points de vue, la richesse des idées partagées autour d'une BD qui raconte la vie d'un de ces nombreux acteurs oubliés de l'histoire du XX° siècle...
Tags : rencontre, lecture, écriture, Avis, auteurs
les auteurs | Posté par Jean Garcin

Lord Jim veut sa part des nuages...

12 avril 2016


Merci à Thomas Vinau pour la part des nuages, cette beauté simplement universelle (Noé et ses hommes poules) l'aimant "ce que cela procure de hisser quelqu'un qu'on aime, un peu plus haut, un peu plus loin"...

Et Lord Jim d'ajouter : "De toute évidence ce devait être quelque chose de très simple - la chose la plus simple et la plus impossible du monde ; comme le serait par exemple la description de la forme exacte d'un nuage"...


Tags : lecture, écriture, Avis
pour ou contre, les auteurs | Posté par lionel lycée embrun

L'avis de Maylis sur La Petite Lumière !:)

11 avril 2016


Avec La Petite Lumière, on est transporté dans un autre endroit ! Pour ma part, j'ai tout de suite accroché dès le début avec la solitude et le calme qui y règnent. Il y a eu quelques fois des moments d'incompréhension, mais c'est ce qui est intéressant car cela permet de créer notre propre interprétation..., notamment sur la fin du livre qui en a laissé beaucoup perplexes ! En effet, on n'a pas su quelle conclusion tirer par rapport aux personnages : Qui est alors le petit garçon ? Quel est le rôle de l'homme ? Et en même temps, chacun peut construire sa propre fin, c'est ça qui est bien ! J'ai aussi bien aimé cette phrase d'un autre livre d'Antonio Moresco : "L'amour, c'est un manège de plus en plus encombré, tu n'es pas encore monté qu'il faut déjà redescendre." (c'est dans les Fables d'amour...)


La très belle illustration utilisée pour l'avis de Maylis a été réalisée par Brigitte Lannaud Levy pour le site Onlalu.com. C'est un site de critiques et d’informations littéraires où Brigitte réalise chaque semaine le portrait d’une librairie. Or, la librairie La Petite Lumière existe vraiment et son nom a bien sûr été choisi en référence au livre d’Antonio Moresco. Si vous voulez en savoir plus sur le site ou sur la librairie, c'est juste . Et pour découvrir le très beau travail de Brigitte Lannaud Levy, c'est juste ICI. Merci à eux !:)
Tags : librairie, lecture, écriture, Avis

Mercedes Helnwein : "J'ai appris en faisant et en défaisant sans cesse !"

11 avril 2016


Retour sur la rencontre de Mercedes Helnwein au Lycée Craponne de Salon et le soir même à la librairie Le Grenier d'Abondance. La parole est à Esma qui nous livre son sentiment sur le livre et sur la rencontre !:) :


J'ai beaucoup aimé La Ballade d'Hester Day de Mercedes Helnwein, car j'ai adoré me plonger dans l'histoire que j'ai trouvé vraiment intéressante. En plus, nous avons eu la chance de rencontrer cette écrivaine, ce qui m'a permis d'en savoir plus à la fois sur le roman mais aussi sur l'auteure. Cette rencontre m'a aussi aidé à comprendre que parfois le personnage d'un livre peut être différent de celui ou celle qui l'invente : La situation familiale d'Hester n'a rien à voir avec la vie de Mercedes. Enfin, j'ai aussi beaucoup aimé la franchise de Mercedes, surtout quand elle nous a parlé des écoles d'art ! : "Ça ne m'intéresse pas vraiment ! Qui d'autre que vous-mêmes êtes capables de savoir ce que vous avez à l'intérieur de vous ?"


Tags : lecture, écriture, Avis, auteurs
les auteurs | Posté par Esma

L'avis de Kelly du Lycée Appolinaire sur le Tirailleur

10 avril 2016


Le tirailleur est une BD scénarisée par Alain Bujak, dessinée par Piero Macola et, éditée chez Futuroscope. L’histoire raconte, le parcours de Abdesslem, un jeune fermier du Maroc enrôlé de force dans l’armée française lors de la seconde guerre mondiale pour repousser les lignes de l’armée nazie en France et en Italie. Or, la vie va apprendre à Abdesslem que tous ne se déroule pas comme on le pense…

La BD n'est sans doute pas très connue et pourtant l’histoire d’Abdesslem nous raconte l’histoire de nombreux autres tirailleurs et d’une période souvent oubliée par les nouvelles générations. Sur le plan artistique, les dessins présentés restent simples (avec une utilisation très marquée du crayon) et me rappellent beaucoup la sobriété des dialogues. C'est cette simplicité générale qui nous transporte dans l'histoire et qui m'a accrochée ! À la fin, cette BD fonctionne comme un électrochoc car elle nous rappelle qu'au delà de l'absurdité des guerres, il y a aussi la mort ou une vie de misère pour des milliers de soldats qui se sont battus... pour une patrie qui n’était pas la leur.
Tags : lecture, écriture, Avis
pour ou contre | Posté par kelly

La voix de la sagesse et deux messagers...

8 avril 2016


Une très belle rencontre entre Alain Bujak, Piero Macola et les jurés du Lycée René Char. Remarque de l'un des jurés aux deux auteurs : J'ai l'impression qu'Abdesslem incarne la voix de la sagesse... et vous êtes un peu ses messagers, non ?...

Vous pouvez retrouver l'article de presse consacré à cette rencontre paru dans Le Dauphiné en cliquant juste ICI !:)

Merci à Fouziya de l'IMCA pour la très belle photo de groupe à voir en grand en faisant un clic droit sur la photo !;)
Tags : écriture, auteurs
les auteurs | Posté par Isabelle

Les absents et l'Oulipo - S + 7 = ?

8 avril 2016


L'expérience OULIPO, S+7 mené par les élèves de 1ES3-L2 à partir du livre de Georgia continue : Cette fois, c'est au tour de Tiffany, Antoine, Lorette et Alexane sur un extrait consacré à Blandine…

Pour rappel le principe de la méthode S+7 : Remplacer dans un texte chaque nom par le septième nom qui le suit dans le dictionnaire !:)


Le texte original de Georgia (Les Absents p. 23, « Blandine ») :


Aucune marque particulière d'intérêt n'animait son regard, aucune question ne lui venait à l'esprit, elle ne manifestait ni impatience ni étonnement. À l'évidence, elle envisageait sa vie comme ponctuée d'autres échéances que celle des examens de fin de trimestre et des bulletins scolaires.

Méthode S+7 :


Aucune mascarade passagère d'interlock n'animait son régicide, aucune queue ne lui venait à l’essaimage, elle ne manifestait ni impénitence ni étourdissement. À l’exacerbation, elle envisageait sa vigile comme ponctuée d'avalante écholalie que celle de l'excavation de finalité de trinitrobenzène et des bunkers scripturaux.
Tags : rencontre, écriture, bibliothèque, auteurs
les auteurs | Posté par Tiff'
Suivant >