Une journée avec Sorj Chalandon. L'écriture et ses silences. Rencontre avec les détenus du Centre Pénitentiaire d'Aix en Provence.

17 janvier 2017


Il y a des silences qui sont comme des murs. Il faut s'y cogner, sentir la souffrance et la dureté de la blessure qu'ils causent à s'y confronter. C'est là tout le sens de l'écriture de Sorj Chalandon : aller chercher au delà du silence d'un père fou, dissimulateur, d'un traître si proche et si inatteignable, d'un enfant bègue, à la fois le témoignage de l'amour de ses parents et plus particulièrement de son père. 
Sorj Chalandon écrit 7 livres de blessures à dire, à partager avec pudeur et sensibilité. L'écriture du roman lui permet d'être lui-même face à ses fantômes, de faire le "pas de côté" qui lui est nécessaire pour sortir de son chemin de journaliste à Libération puis au Canard Enchaîné. C'est donc un parcours douloureux d'écriture que cette oeuvre. 
L'homme et l'écrivain ne sont jamais autant proches que dans ces larmes qui montent, de cette émotion qui affleure à l'évocation de chacun de ces mots qui font surgir le passé de l'enfance, de ces courtes respirations qui permettent d'essuyer le coin de ses yeux. Mais ces romans ne sont pas plaintes ou apitoiement sur soi ni jugement. C'est plutôt le beau chant d'amour d'un enfant en désarroi devant ce rendez-vous manqué avec ce père mythomane et violent. Chaque histoire est marquée de l'attente de cette vrai rencontre avec le père:" Papa il faut qu'on parle" dit Sorj Chalandon au public attentif à cet homme qui témoigne depuis des années de reportages sur les conflits du XX° siècle de l'humanité et ses violences. 
Il y a trop de contrastes entre les traversées de ces mondes si opposés que sont les théâtres de conflits et nos pays si loin des guerres. Partagé par cette géographie de l'indifférence et la nécessité de témoigner Sorj Chalandon va "épuiser cette violence" des hommes pour se retrouver, parler de ses territoires personnels, de ce soi qui se doit d'être silencieux dans les reportages. "Je n'ai pas eu d'autre choix que la lumière" conclue-t-il en citation. 
Rencontre avec sept détenus du Centre pénitentiaire d'Aix en Provence 
(13 Janvier 2017).
Tags : auteurs, rencontre
les auteurs | Posté par Jean Garcin

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour ce post.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Pseudo *
Email *
Commentaire *